Interne Effizienz von Bildungssystemen

Dieter Dohmen

Efficacité interne des systèmes éducatifs

L’article examine les principaux facteurs qui influent sur l’efficacité des systèmes éducatifs, et les possibilités des les améliorer. A partir d’une analyse des intérêts personnels des groupes de participants aux systèmes éducatifs, l’auteur passe en revue les éléments qui peuvent déterminer l’efficacité des systèmes éducatifs; ceux-ci sont regroupés en trois domaines: les facteurs d’inputs et d’outputs analysés dans la perspective d’une fonction de production; les structures organisationnelles et les nouveaux modèles de financement éducatif, orientés vers une éducation plus concurrentielle et de marché.

Si l’on considère les résultats des recherches empiriques, une augmentation des ressources à elle seule a peu d’influence sur les résultats des élèves. La réaffectation des ressources existantes en faveur des moyens d’enseignement ou l’introduction d’un système de rémunération à la performance, et surtout des mesures structurelles, seraient plus prometteuses. Il en va de même des procédures centralisées d’examens qui semblent aboutir à des performances scolaires significativement meilleures. C’est aussi le cas de la décentralisation des responsabilités de gestion et du personnel. Le transfert total des responsabilités liées à la gestion des budgets et des installations entraîne plutôt une baisse des résultats des élèves, étant donné que les ressources sont plus particulièrement allouées en fonction des intérêts du corps enseignant.

Les effets des chèques éducatifs et autres instruments de financement plus orientés vers le marché, sont fortement controversés. Si l’on se réfère aux travaux empiriques portant sur de tels modèles, l’augmentation de performances des élèves est moins marquée que ne le prétendent de nombreux partisans duchèque. Néanmoins, la plupart des études concluent à une relation faiblement positive entre concurrence, chèques éducatifs et résultats des élèves. Cette relation peut être améliorée par des réformes structurelles affectant les systèmes éducatifs et pouvant conduire à des adaptations apportées aux modèles de chèques (mécanismes incitatifs différenciés en fonction de facteurs socio-économiques et individuels) ou à des mesures pour conseiller et orienter les usagers. Une réforme structurelle exhaustive et bien conçue incitera tous les participants au système éducatif à accroître la performance dudit système. Si l’on met en oeuvre des solutions partielles, il faudra alors s’attendre à des gains d’efficacité moindres.