Revue

Les sciences de l’éducation ont aujourd’hui à relever de nouveaux défis dans un paysage scientifique et social en mutation qui exerce une pression sur leurs objets, leurs méthodes 
et leurs critères de légitimité. Les sciences de l’éducation connaissent actuellement une phase importante de croissance, comme en attestent la progression de leur institutionnalisation, l’extension des réseaux de chercheurs, la densification des relations internationales, la multiplication des projets de recherche. Le champ de la recherche en sciences de l’éducation est en pleine évolution: de nombreuses institutions de recherche sont créées ou transformées, et confrontées à des impératifs accrus d’excellence scientifique.

Vu l’internationalisation croissante de la recherche, ces institutions sont conviées à s’insérer dans les réseaux scientifiques internationaux tout en continuant à répondre aux sollicitations locales 
et nationales. De nombreux objets, domaines et méthodes d’investigation se déploient, eux aussi convoités par des disciplines voisines (notamment la sociologie, la psychologie et l’économie) en quête de terrain d’application. Les nouvelles technologies engagent également à une plus grande précision et technicité des méthodologies de recherche, voire à leur renouvellement. La reconfiguration de la formation des enseignants et l’intérêt accru apporté à la formation des adultes en dehors des institutions éducatives traditionnelles sollicitent nouvellement les sciences de l’éducation non sans reposer avec acuité le problème du statut de la pédagogie. Pour mieux relever ces défis, les sciences de l’éducation sont conviées à développer une recherche scientifique de qualité, qui ne soit pas uniquement subordonnée à des impératifs extérieurs d’efficience. Et cette recherche ne peut exister et se développer que si les sciences de l’éducation s’instituent et sont pleinement reconnues comme discipline scientifique par leurs interlocuteurs privilégiés, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la sphère académique, dans la communauté nationale comme internationale.

Ces raisons ont engagé la Société suisse de recherche en éducation (SSRE) à redéfinir le concept de sa revue, fondée en 1978. Ce nouveau concept défend l’idée d’une revue scientifique exigeante, dont le premier mandat est de contribuer au développement et à la reconnaissance des sciences de l’éducation comme discipline à part entière.

La Revue suisse des sciences de l’éducation vise ainsi à renforcer 
la communauté scientifique pour répondre collectivement et adéquatement aux nouveaux défis que les sciences de l’éducation ont présentement à relever.